Oui, oui, oui, on sait, on vous délaisse, on a 3865 résumés de retard (enfin, au moins 4, toute façon on sait pas compter jusqu'à 3865 pour de vrai) et une déclaration d'impots à faire aussi mais bon... Comme dirrait l'autre, les temps changent, les gens changent, la vie avance et sans s'en rendre compte on se retrouve avec un nain de jardin, un plan de tomates (enfin jusqu'a ya 1 semaine, paix à son ame) et 2 épon.... et un canapé jaune.

Et pourtant y'en a des choses à dire sur ces derniers week ends, ya du bon et du moins bon, des sourires et des larmes, des matchs gagnés et des matchs moins gagnés, voire un peu perdus....

 

Alors on va pas refaire ici la tout de suite les 3865 résumés, d'abord parce que ca risque detre drolement long et que vous risqueriez vraiment d'avoir des problèmes avec votre boss, ensuite parce qu'on risquerait vraiment d'avoir des problèmes avec nos boss et que c'est vraiment pas le moment, et enfin parce qu'on s'en souvient plus et que de toute façon vous aviez qu'à être là pour voir.

 

Alors les résultats quand même parce qu'il parait que c'est important :

 

- Week end du 14/15 mai : le week end du 50 / 50 tant en mixte qu'en féminin.

Une victoire et une défaite pour le mixte le samedi contre les loup garous, malgré les cascades zeste d'orange, les roulades de Naima et la bonne humeur ambiante (mais peut être à cause du non repassage de Jipi et du cerveau en mode off de Gwynplaine)

Et puis pareil le lendemain en féminin, une victoire et une défaite au pays des pinguins. La journée avait pourtant bien commencé, tout le monde présent malgré le départ matinal, personne oublié sur l'aire d'autoroute, des chaussettes aérées à 140 km/h, du Pascal Obispo dans la voiture de la Morue et une VIP en 1ère base (son softball n'a pas pris une ride depuis qu'elle a eu son diplôme de scorage). Bon, ben comme d'hab', la lourdeur de la paupière gauche pour le premier match du matin, le bâton qu'on a l'impression d'avoir oublié sur l'aire d'autoroute, le jazz manouche qu'on n'arrive pas à oublier..; bref, le premier est perdu (Pour le score il parait qu'il y a de très bon sites où on peut trouver tout ça), mais le BAT se reprend rapidou aprés une pause déjeuner au soleil (il parait qu'on l'a vu un peu) et gagne le second... peut-être grâce à Lilou playmobil, au grand retour de Charlotte (après blessure) ou aux larmes d'Audrey (qui font aussi pleurer de rire toutes les autres... non mais quand même, elle a eu un bleu!) . Peut-être grâce à l'arrivée de Lara qui décidément donne tout pour rejoindre les copines même après une très courte nuit... Sûrement grâce au pitching efficace, à la défense qui fait son job, aux encouragements du banc....

 

- Week end du 28/29 mai : ben encore un week end 50/50 mais pas tout à fait pareil puisque le mixte gagne ses 2 matchs à Savigny tandis que l'équipe féminine perd les 2 siens contre Thiais ;

Le mixte on peut pas trop dire, on n'y était pas, mais ils avaient l'air d'avoir pris le soleil, de s'être fait plaisir et mal aux genoux pour certains (chochotte).

Le féminin... ben le féminin, c'était un peu laborieux, un peu dans la souffrance. Et pourtant, une belle envie de bien faire, 8 points marqués dans une manche qui permettent d'y croire sacrément.... Mais ça ne suffira pas contre une équipe de Thiais solide, qui frappe fort et souvent.

 

Allez, le BAT, ont relève la tête et on regarde loin devant ensemble (du côté de Perpignan par exemple), parce qu'on a toutes les cartes en main pour continuer l'aventure... Et puis parce que c'est une belle équipe, qu'il y a plein de solutions à trouver, de bons moments à passer et de beaux jeux à faire ! Et puis parce que le jus de fraise, le mondial de la caravane, les meilleurs cookies du monde, le tour de France des hopitaux, les gougounes, les claquettes et les tongs, les marques de lunettes, les pizzas sur les fesses et les croutes qui tirent, parce que la chatte à Mireille, les dinosaures, les salades de pates aux olives, les Poupoukinetteries, les essuie glace relevés et les douches au lave-vitre ou au sirop de menthe, … ‘fin parce que quoi... Comme si y’avait besoin d’excuses…

 

B'nV, riporters surbookées