Marathon de Paris ou non, pour rien au monde (pas même pour des crocodiles bleus à l’ananas) le BAT n’aurait loupé le départ de cette deuxième journée de championnat (du monde d’ïle de France) féminin ; La police, comme à son habitude, donne tout (et surtout beaucoup de travail à ses collègues de la circulation) pour arriver à l’heure, en cheveux et en crampons, malgré un réveil compliqué.

Le BAT, j’ai un peu l’impression qu’il sentait qu’il avait de belles choses à montrer en ce dimanche de derby parisien (BAT-BCF, une affiche bien connue)…

Premier match sous un soleil justifiant la natte de plage dans le dug out mais pas encore l’écran total pour Anais (ayant, rappelons-le, préparé sa peau et contribué à la fuite des capitaux en Afrique du Nord le week end précédent), c’est parti pour les Green and White, bien décidées à ne pas s’en laisser compter. Rien à dire en défense, où la batterie shine drôlement et contient les grosses frappeuses adverses et où les rattrapés de fly en champ s’avèrent la plupart du temps (l’autre part restant à travailler) aussi esthétiques qu’efficaces (Rappelons les notes pour le back end aérien de Cycy : 9.79, 9.81, 9.73 et 9.3 – le juge canadien, encore dégouté qu’on puisse cuisiner la poutine avec de l’emmental). Retour du mimille ou nouvelle coupe de cheveux, nous ne le saurons probablement jamais, toujours est-il que quand Charlotte passe au bâton, ça fait souvent paf, et presque tout le temps des chocapics (et « paf ça fait des chocapics », encore un des succès né en 1984).

BAT-Charlotte

Le BAT (contre toute attente), s’arrache des starting blocs, profite de toutes les erreurs adverses et prend une belle avance, allant même jusqu’à mener 7-2 (quelque chose comme ça) dans les premières manches. Et puis après, et puis après ça se gâte un peu (d’ailleurs ça se couvre tellement que certaines réussissent l’exploit d’empiler 3 pulls, un blouson, une casquette et une capuche), et lentement mais sûrement le BCF revient à égalité, jusqu’à mener d’un point en 6ème manche. En distance ressentie, on doit être à peu près au 30ème kilomètre, parce que là c’est le mur et qu’il est drôlement haut tout de même, et malgré tous les coudes serrés, on a du mal à passer au dessus. Défaite 14-11, d’un bout de bâton, 3 fois rien mais qui change tout !

Le BAT perd une bataille, mais est bien décidé à ne pas perdre la guerre, quitte à se tordre les chevilles dans les tranchées du terrain de Mortemart (Saint Antoine, si tu nous entends, épargne nous cette année d’autres blessures, t’as beau être de compagnie relativement agréable, on n’a d’autres choses à faire que de passer nos samedi ou dimanche soirs chez toi).

Nouveau match pour une nouvelle batterie et une nouvelle vie, dans laquelle le BAT attaque fort d’entrée pour prendre une confortable (mais pas trop) avance. Décidément, certaines sont en forme (sans « s » à la fin) et continuent à vendre du rêve et à envoyer du strike. Agressives sur base (oui, avec des slides sur base on peut faire tomber des adversaires) et concentrées en défense, la réussite est encore au rendez-vous : on notera de beaux double jeux, des retraits au marbre comme on aime les faire et des hit by pitch… « pour l’équipe ». Les petites Green terminent en Or à la 4ème manche, avec 10 points d’écart. Non mais, faut pas déconner, on la dit au début, on est le BAT quand même.

Pour finir, un grand merci à notre scoreuse et à notre arbitre de la journée, à notre super photographe David Moret pour ses photos qui savent tirer le meilleur... et on n'oublie pas nos mamans sans qui rien de tout ça n’aurait été possible.

Enfin bon, tout ça pour dire que c’était un peu une journée à l’image du trajet Charenton – Vincennes un jour de marathon : pas facile et pleine d’obstacles, mais avec tellement d’envie et de marches à contre-trams entre coéquipières que la photo finish est drôlement jolie !

Bravo les filles, et vivement dimanche prochain (puisque si j’ai bien suivi, on aura le droit à une spécialité culinaire du canada après le gateau au chocolat sans farine sans levure de la Garenne Colombes).

On est le B.A.T., on est là pour gagner ! 

BAT-BCF Equipe

 

La team Com(pétition)